Chaude Nénette!

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Chaude Nénette!Chez Tante Mado, je profitais de mes vacances pour faire du sport, notamment du footing au travers des champs. Il m’arrivait aussi de passer l’après midi à courir les bois. J’aimais aussi observer la nature… Les oiseaux plus particulièrement…Un après midi, je longeais un talus, en effet j’entendais un pic-vert qui se battait contre l’écorce d’un arbre… . Je scrutais et avançais lentement quand j’entendis des voix de l’autre coté du talus. Je prêtais l’oreille :- Allez Nénette tu vas pas faire la difficile aujourd’hui !- Non Jean pas la, j’ai pas envie !Je me hasardais a jeter un œil en écartant discrètement la fougère sur le talus. De l’autre coté je reconnus Jeannette, 45-50 ans- dite Nénette – une amie de ma tante. C’est une grande femme plantureuse avec un peu de rondeurs, un cul d’enfer, d’énormes nichons dont on admirait le galbe opulent dans l’échancrure de ses chemisiers… Avec elle un paysan d’une ferme voisine que je connaissais de vue.Et sans manière, Nénette s’était penchée en avant, pliée en deux, elle avait ramenée sa jupe sur ses reins et l’avait coincée dans sa ceinture. Elle ne portait pas de culotte, du coup je me régalais du spectacle de ses grosses fesses laiteuses aussi, larges et bien rondes. Le spectacle m’avait excité d’emblée. Il avait eu le même effet sur le paysan qui avait promptement enlevé son pantalon, exhibant une jolie queue bien trapue et toute raide. Il enfilait la femme debout collé à ses fesses, lançant des coups de reins secs qu’elle semblait apprécier :- Hein cochonne que tu aimes çà !….. Dit le que ça te plait les coups de bite.- Oh oui que c’est bon ! … prend moi fort mon salaud ! ….. J’aime ta bite dans mon ventre ! …. ça fait deux jours que je n’en n’ais pas eue !… – Il t’en faut tous les jours, cochonne !….. C’était qui la dernière fois ?- Pierre, mais avec les travaux des champs personne n’est libre depuis deux jours….. J’en avais envie.- Tu vois que tu voulais bien !…. Je sais qu’il t’en faut tous les jours et même souvent plusieurs fois dans la journée….. Quelle gourmande ! ! !- Oh oui ! ….. C’est si bon !….Ce dialogue m’éclairait sur les besoins de Nénette et son goût pour la queue. Peut être ne refuserait elle pas la mienne ? Pendant ces réflexions personnelles elle se faisait pistonner de plus en plus fort, l’homme ahanait contre son cul, donnant des coups plus saccadés auxquels elle offrait sa chatte luisante. Il soufflait maintenant comme un phoque en disant :- ça vient !… prend ça ! Prend tout !…cochonne !… – Va s y, remplie moi salaud !…. que c’est bon !Je me branlais devant le spectacle de cette vieille salope qui courrait les champs pour se faire défoncer par tous les paysans du coin. Cette vieille cochonne en chaleur m’avait terriblement excité, j’éjaculais une bonne rasade de foutre.Ils güvenilir canlı bahis siteleri avaient terminés leurs ébats, elle s’essuyait la chatte, rabaissait sa jupe sur son cul nu et annonçait qu’elle allait rentrer. Dans ma tête j’imaginais le moyen pour la baiser à mon tour, j’avais envie d’elle, et comme c’était une gourmande ! ! Connaissant très bien les lieux je décidais de l’attendre dans un chemin à 200 mètres du hameau. Elle serait obligée de passer par la pour rentrer.Je l’attendais, décidé à être direct. Je faisais semblant de fouiner dans les fougères, elle arrivait vers moi, joviale comme toujours surtout qu’elle me connaissait :- Bonjour Yves (c’était moi). Alors la promenade était bonne ?-Oh oui très bonne même ! Tu sais Nénette je t’ai vue dans le champs avec Jean, il avait l’air de te faire du bien, et toi tu avais l’air d’aimer ça !Un sourire aux lèvres et sans se démonter, elle répondit :- ça t’a plu ?- Oh oui beaucoup, j’aurais aimé être à la place de Jean.Nénette me scrutait de partout, souriante. L’œil malicieux elle dit :- Si ça te dit, vient jusqu’à chez moi. On va passer par le jardin derrière, ce sera plus discret.Elle voulait certainement éviter qu’on nous voie. Elle me fit entrer dans la cuisine me servit un grand verre de cidre en me demandant d’attendre cinq minutes. J’entendais de l’eau couler dans la salle d’eau. Elle était revenue, vérifia que les rideaux étaient bien tirés, la porte de l’entrée bien fermée, puis revint s’asseoir près de moi.L’échancrure de son corsage était bien plus ouverte qu’à notre arrivée, ses gros nichons rebondis semblaient vouloir sortir de son vêtement. Elle avait vu mon regard gourmand. Elle me dit :- Ils te plaisent ? Tu aimerais les caresser ? Allez va s y ! Après ce que tu as vu ça ne me gène pas et moi j’aime beaucoup qu’on me les pelote.- Oui, Nénette, ça me plait tes gros nénés.En parlant elle s’était penchée et rapprochée de moi. Je plongeais ma main entre les globes laiteux. Quel régal de sentir ces mamelles souples sous mes doigts, de pouvoir la masser sans retenue, cette chaire qui m’avait tant fait fantasmer. Je bandais très fort. Elle a vu la bosse de mon pantalon, et sans manière commençait à la caresser au travers du tissus avant de la libérer. La vieille était habile elle avait mis ma bite à l’air avec dextérité. Elle se penchait pour prendre ma queue entre ses lèvres.Elle me fit lever, se levant aussi, se collant contre moi, elle avait sorti ses seins, elle plaquait ma tête dans la vallée charnue. Debout contre elle j’en profitais pour relever sa jupe, masser son cul rebondi, puis aller à la découverte de sa chatte velue. Elle était trempée, la cochonne mouillait déjà ! Elle m’invita à aller dans la chambre pour être plus à l’aise.-Viens mon petit ! Je vais te faire du bien !-Euh oui ?-Un güvenilir illegal bahis siteleri petit jeune comme toi, ça n’a pas connu beaucoup de femmes ? Tu as quel âge, Yves ?-18 ans, mais j’ai déjà fait l’amour ! (Je ne voulais pas lui parler de mes relations « familiales » avec Tante Mado). J’ai une copine !-On va voir ça !Que cette femme ait le même âge que ma tante ne me gênait pas, ses rondeurs étaient appétissantes et du moment que j’allais la baiser, le reste m’importait peu ! ! Dans la chambre elle m’avait déshabillé entièrement, elle s’était dévêtue aussi. Elle était en guêpière rouge à dentelles, ses seins posés sur des balconnets renforcés. Elle ressemblait à une belle des années folles que j’avais vue sur des photos anciennes.Allongée sur le lit elle me caressait partout, embrassant chaque recoin de mon corps, insistant sur ma queue, mes couilles, plongeant vers mon anus, pour recommencer à nouveau. Sa langue virevoltait, mon corps semblait la mettre en folie.Elle s’allongeait sur le dos, m’attirant au dessus d’elle tête bêche, elle me demandait de lui « bouffer la chatte », me conseillant sur la façon de faire. J’avais la bouche et les joues gluantes de sa mouille, ses poils étaient trempés de son plaisir. Pendant ce temps elle me pompait la bite comme une gloutonne, jouant avec mon trou du cul qu’elle agaçait d’un doigt, ça me provoquait des contactions agréables.Elle me demandait de lui « cracher dans la gueule », elle voulait « boire mon foutre ». Je l’averti que j’avais déjà joui tout à l’heure, elle n’en n’avait cure, disant que ca me rendrait plus résistant pour la suite. Elle pompait plus fort encore, m’astiquant la bite, me malaxant les couilles. Comment résister à ce traitement ? Je giclais aussi fort que la fois précédente, elle n’en perdait pas une goutte. Quelle vieille salope ! Une vraie éponge à foutre.Elle continuait de me sucer, plus doucement maintenant, pour me « remettre en forme » comme elle disait. Ses caresses sous et autour de mes couilles, sa langue sur mon gland, m’avaient rendu ma raideur. Je bandais à nouveau durement.Nénette se plaçait a genoux sur le lit ses grosses fesses en l’air, m’invitant :- Allez petit vicieux, viens enculer cette salope de Nénette. Défonce-moi le cul ! Encule-moi à fond salopard !Comment résister à une telle invitation ? A genoux derrière elle, je me régalais de caresser ses fesses rebondies et offertes. J’avais posé mon gland sur sa rosette lubrifiée par sa propre mouille. Je fus quand même étonné de la facilité avec laquelle j’entrais dans ce petit paradis mon sexe était pourtant assez conséquent. Son petit trou avait du en connaitre des bites ! Je m’enfonçais à fond, jusqu’aux couilles. Je la prenais à coups secs, me retirant entièrement pour m’enfoncer à nouveau, jusqu’à plaquer mes bourses à güvenilir bahis şirketleri ses fesses laiteuses. Elle continuait son délire, réclamant :- Allez plus fort !…. Vas-y défonce moi…. Plus vite mon beau petit cochon !…. Plus profond, pousse à fond petit vicieux !…. Enfonce !- Oui Nénette, je te la mets !- Putain, se faire enfiler par un jeunot, ça change !- Oui ?- D’habitude, mes queutards sont plus âgés, et quelquefois ils ont du mal à bander sec !- Et moi ?- T’en a une bonne, qui trique bien, et un gros gland qui m’écarte la rosette !- Putain, t’es chaude du cul !- Qu’est ce que tu crois, qu’il n’y a que les petites jeunes qui ont le feu au cul ?- Non non, vas-y coulisse bien sur ma bite !- Va mon petit cochon, casse-moi le cul ! Défonce-le !- …- Oh lala, oh lala, oui j’aime, continue.- Ohhh…Oui Nénette, putain c’est bon ! T’es une vraie salope et j’adore !- Allez, prends mon cul, fils ! Aaaaahhhhh…..ouuuuhhhh….- Je ne te fais pas mal ?- Non… non… continue mon salaud, je te sens bien dans mon cul, tu es gros et dur… ! Mais ça va !-…- Ouaiiiis…mais putain que t’es gros…Vas-y, encule ta grosse vache !- Ooohhh, Oui, prends ma grosse bite dans ton cul, salope ! Haaan ! T’as un putain de trou du cul et t’es brulante du cul ma cochonne !Je m’étais agrippé a ses hanches pulpeuses pour donner des coups de reins plus fort, qu’elle semblait vouloir que je sois plus violent encore. Heureusement que j’avais joui déjà deux fois auparavant sinon j’aurais déchargé trop vite tant c’était bon. La vieille salope appréciait elle aussi et ne manquait pas de le dire tout fort.- Ouiiiii, baise-moi, enfile ta grosse queue! Aaaahhhh la vache qu’est ce que tu me mets ! Ouiiiii, putain, je coule, je jouiiiiiiis !!!Quelle cavalcade ! J’étais déchaîné tapant à grand coups de reins, Mon rêve était devenu réalité, je baisais cette vieille salope plantureuse. Son cul était à moi !Je résistais à mon plaisir depuis un bon moment bien qu’elle me réclamait de lui remplir le cul, ou de l’inonder de mon foutre ! Mais la plus belle résistance est obligée de succomber à de tels appâts.- Donne moi ton foutre chéri…Lâche toute ta sauce dans mon cul…Gicle dans mes entrailles que je sente ton jus brulant… Allez jouis!Dans un dernier assaut je jouissais en râlant mon plaisir, mes doigts incrustés dans ses hanches, mon ventre collé à son cul.Allongé près d’elle pour souffler, mes mains continuaient de la caresser. Les derniers spasmes de son plaisir diminuaient, Nénette me remerciait du plaisir qu’elle avait eue, me faisant promettre de recommencer « quand je voudrais ». Je retournais discrètement par ou nous étions arrivés. A mon retour ma tante me trouva « une petite mine » …Le lendemain matin en déjeunant, Tante Mado me dit :- Nénette a vu que tu avais rentré et rangé mon bois pour l’hiver, elle m’a demandée si ça te dérangerait de rentrer le sien quand tu aurais le temps, et aussi que tu lui fasses certaines bricoles qu’elle a en attente.La fine mouche de Nénette avait trouvée les moyens pour m’attirer « officiellement » chez elle sans faire jaser. Pouvais- je refuser de lui « faire quelques bricoles » !

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

kartal escort adapazarı escort adapazarı escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis porno izle sakarya escort webmaster forum balıkesir escort bartın escort batman escort bayraklı escort bilecik escort bodrum escort bolu escort bornova escort buca escort burdur escort porno izle sakarya travesti