VU SUR LE NET: Le pouvoir de l’i******* (2)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

VU SUR LE NET: Le pouvoir de l’i******* (2)Mardi.Elisabeth se servait une tasse de café quand Damien arriva entièrement nu, le sexe en érection. Elle savait ce qu’il voulait et fut presque choquée qu’il le réclame déjà si facilement, mais la faute lui en incombait totalement. Elle le contempla, jeune et innocent, voire naïf, mais si beau et vigoureux. Son regard se fixa sur sa verge si épaisse et puissante, elle l’hypnotisait.« Maman, j’ai besoin de toi. » « Bonjour Damien. » « Pardon, bonjour maman, j’ai, heu comme tu m’as dis hier soir de… » « J’ai compris mon chéri, je suis seulement surprise que cela arrive dès le matin. » « Oh mais, enfin, c’est comme çà tous les matins. » « Ha, bien, dans ce cas je t’aiderai dès le matin. » « C’est vrai ? Tous les jours en me levant tu me caresseras ? » « Bien sûr puisque ta guérison en dépend. » Encore cet affreux mensonge, mais Elisabeth ne pouvait résister à son démon, à sa pulsion malsaine. Damien s’assit sur une chaise et sa mère saisit son jonc et le cajola voluptueusement. Elle observait le visage de son fils réagir à son toucher charnel et c’est alors que leurs yeux se connectèrent. « Dis moi mon chéri, quelle envie voudrais-tu que je réalise maintenant ? » « Oh maman, je ne sais pas, c’est déjà si bon ce que tu me fais. » « Oui, mais ça pourrait être meilleur, meilleur pour t’aider, pour te soigner. » « humm, haaa, haaa, haaa… des, des fois je rêve de ta belle bouche maman, de tes lèvres… » « Bien, c’est bien, libère toi mon bébé, avoue à maman ce que tu désires. » « Oh oui, ta bouche, ta belle bouche. » Elisabeth qui c’était agenouillée embrassa son gland. Damien émerveillé par ce baiser manqua de défaillir quand sa mère se mit à lécher sa queue. Elisabeth apprécia le goût acre et salé de l’engin, elle y décela des traces des sécrétions de la veille. N’y tenant plus elle l’engouffra dans sa bouche. Elle le suça goulûment, montant et descendant d’abord doucement puis de plus en plus vite. Bientôt le jeune sexe ruissela de salive, elle se mit à lui caresser les testicules puis de sa langue agile elle lécha et resserra l’emprise buccale sur son gland. « Ah oui maman, c’est bon, je vais jouir. » Alors tout en continuant à lui caresser les couilles elle se remit à le pomper ardemment. La jouissance de son fils arriva massive et forte, elle lui emplit la bouche, coula dans sa gorge. Elle en avala le maximum, se délectant de ce goût si spécifique, le goût de son fils. La production avait été si abondante qu’il s’en échappa tout de même et ce malgré sa volonté de ne pas en perdre une goutte. L’excédent déborda de sa bouche, s’écoula le long de son menton, perla sur sa légère nuisette à fine bretelles ou dégoulina le long de sa gorge et inonda la vallée située entre ses seins aux tétons durcis.« Merveilleux, merveilleux maman, c’est le meilleur moment de toute ma vie. » « Je suie ravie que cela t’ai plus mon chéri, maintenant allons prendre notre petit déjeuner. » Elisabeth se releva et en se dirigeant vers la cuisine elle sentit le remord l’assaillir de nouveau. Comment pouvait-elle être aussi faible pour céder à ses pulsions abominables. Elle venait de pratiquer une fellation sur son fils, son enfant, comment une mère pouvait-elle faire cela, comment pouvait-elle faire cela. Bien sur elle avait analysé son comportement et compris ses réactions. Elle était adulte et sensée, par conséquent bien que ressentant cette envie monstrueuse, elle se devait de la combattre, de la repousser et agir pour le bien de son fils, agir comme une mère et pas comme une salope perverse. Elle sentit le sperme accumulé entre ses seins chuter le long de son ventre, cela déclencha aussitôt des papillonnements dans ses entrailles et son sexe déjà trempé se remit à mouiller. Ou était sa volonté sans faille, celle qui lui avait permis de toujours relever la tête et d’avancer face aux difficultés, de toujours s’en sortir malgré les épreuves. Cette volonté inflexible qui la caractérisait si bien, s’étiolait, disparaissait et la laissait faible et soumise face à cette pulsion démoniaque et i****tueuse. Comment pouvait-elle s’en sortir et ne pas sombrer définitivement dans l’ignominie, le sexe dépravé, la sexualité obscène. La sexualité, sa sexualité si longtemps mise de coté, peut être que le manque de sexe durant toutes ces années accentuait le phénomène ? Oui voila un élément de réponse se dit-elle. Si j’avais des relations sexuelles normales avec un homme, je cesserais de reporter mes envies sur mon fils. Un homme mais lequel ? Il y avait bien un collègue médecin ou son prof de gym ou le vendeur de voiture comme de nombreux autres qui l’avait draguée, mais ils étaient trop loin, en congé ou marié. Non, il lui fallait une solution simple et rapide car au train ou allaient les choses… Patrick, le gérant du restaurant du centre ville, il l’avait plusieurs fois abordée et lui avait même laissé son numéro de portable. Elle l’appela en fin de matinée, osant à peine y croire l’intéressé lui proposa un rendez vous le soir même de peur de laisser passer sa chance. Damien ne réclama rien durant la journée et Elisabeth voulut y voir un signe d’encouragement de sa nouvelle démarche. Elle était décidée à tout reprendre en main, enfin façon de dire, et cela devait débuter par sa propre guérison avant d’affronter celle de son fils. Vers dix huit heures elle annonça à Damien qu’elle sortait ce soir avec un homme, elle avait rassemblé tout son courage pour avoir une discussion avec lui et remettre les choses à plat.«- Damien, malgré ce que je t’ai dit ces jours ci, ce que nous faisons est mal, très mal. »«- Quoi ? Mais maman »« -Ne m’interromps pas et écoute güvenilir canlı bahis siteleri moi, une mère ne peux pas, ne doit pas faire les choses que j’ai faites avec toi. C’est mal, c’est interdit et dangereux, mais je l’ai fait car je suis déboussolée, perdue face à ton comportement. Il m’a rendu malade moi aussi en quelque sorte, tu comprends ? »« -Non je comprends rien, tu ne m’aimes plus c’est ça ? »« -Bien sûr que si, je t’aime. Comprend moi, nous devons arrêter ces… attouchements intimes, tout ça n’est pas normal. Je fais ça pour toi et pour moi, pour nous sauver tous les deux ! »« -Nous sauver de quoi ? D’être heureux, de s’aimer ? Ca me fait du bien ce que l’on fait, s’il te plaît maman continu, et puis, je vois bien qu’à toi aussi ça te plaît.»« Damien, tu sais parfaitement qu’une mère et son fils ne peuvent pas avoir ce genre de rapport. »« Mais on l’a fait et tu disais que tu voulais me guérir alors tu mentais, tu te foutais de ma gueule. »«Je veux te guérir, mais je me suis trompée de voie et je suis moi-même… contaminée, c’est pour ça que je dois voir cet homme pour me permettre d’aller mieux, de redevenir normale. A partir de là, je pourrais t’aider convenablement à retrouver un comportement normal. »« Normal, redevenir normal, tu n’as que ce mot la à la bouche comme si je m’étais changé en monstre, en fait tu en a rien à foutre de moi, de ce que je ressens, tout ce que tu veux c’est niquer avec ce conard, tu n’es qu’une sale pute! Casse toi, je veux plus te voir ! »Sur cette insulte destructrice, Damien s’enferma dans sa chambre, laissant sa mère interloquée mais déterminée à persévérer dans sa démarche. Patrick l’avait invité dans son restaurant, et dans un premier temps cela fit du bien à Elisabeth de changer d’atmosphère. Ils discutèrent plaisamment, mais au fil du temps les propos échangés avec son fils ressurgirent et approprièrent rapidement son esprit si bien qu’elle eut du mal à suivre le fil de leur conversation. Elle regrettait que cela ait tourné à la dispute et était inquiète que son fils lui en veuille, mais il fallait bien qu’elle fasse quelque chose pour stopper cette descente aux abîmes. Aussi quand son partenaire lui proposa de prendre un dernier verre chez lui elle accepta. Patrick était gentil et attentionné, probablement sincère dans ces déclarations mais elle lisait clairement en lui et savait qu’il voulait avant tout coucher avec elle. De toute façon, elle-même était là pour ça et bien qu’à contrecœur, elle entra dans son jeu. Il le fallait, pour elle, pour Damien, pour que leurs relations redeviennent normales. Oui normales, conformes, éthiques, appropriées aux règles de vie en société, c’est pour cela qu’elle se sacrifiait. Elle se força à l’embrasser, mais elle ne pensait qu’à Damien, qu’à son fils, il devait être mortifié et malheureux, l’apparition d’une boule vénéneuse se fit sentir dans son ventre. Elle culpabilisait de le faire souffrir et cela la rendait malade, alors quand Patrick commença à promener ses mains sur elle, cela la dégoûta. Quand il toucha ses seins, elle eut un haut-le-cœur et sa boule avait tant grossi qu’elle en était insupportable. Elisabeth se rendit compte qu’elle c’était trompée, que de coucher avec n’importe quel homme ne changerai rien. Son désir était pour Damien, c’est lui qu’elle voulait et personne d’autre. Elle se figea soudain consciente de son erreur et de son malheur, amoureuse de son fils, voilà ce qu’elle était. Alors que ce pauvre type ne se rendait compte de rien et continuait à la tripoter, elle se retrouvait face à un choix tragique. Soit elle renonçait totalement à exprimer cet amour à son fils au prix d’un effort constant et terrible, soit elle y succombait tout aussi totalement et sombrait dans une relation passionnée mais i****tueuse et perverse. De toute évidence elle n’avait plus rien à faire ici, prétextant qu’elle n’était pas encore prête pour ce genre de relation, elle éconduisit soudainement ce prétendant qui l’écœurait maintenant au plus haut point, et se précipita chez elle.Elle retrouva Damien dans sa chambre, apparemment endormi. Sur le chemin du retour, elle n’avait cessé de penser à ce choix qu’elle devait faire. Le choix de la raison sera insurmontable si je reste avec lui, c’était elle dit, mais on ne quitte pas son fils comme on quitte un amant ou un mari. Il lui faudrait le confier à ses parents ce qui entraînerait inévitablement tout un tas de problèmes et de questions. Ce serait surtout un déchirement atroce et irréconciliable. Elle était si bien avec son fils, mais l’autre option était absolument démentielle, démentielle mais si attrayante. Oui, elle devait se l’avouer, au fond d’elle-même elle avait envie d’y succomber. Elle aurait voulut discuter avec son fils, pour le rassurer, lui dire qu’il ne s’était rien passé, lui dire qu’elle c’était trompée, lui dire… Elle allait refermer la porte quand Damien bougea.« -Maman, tu es rentrée ? »« -Oui. »« -Je voulais… Excuse-moi pour tout à l’heure, c’était méchant ce que je t’ai dit. »« Ne t’en fait pas c’est oublié. »Damien se redressa dans son lit.« -Je ne t’embêterais plus c’est promis, je ne veux pas que tu sois fâchée contre moi, ni que tu ais honte de moi. »Elisabeth s’avança dans la pièce et s’assit sur le lit à coté de son fils. Elle lui prit la main, le contact de sa peau déclencha comme un petit choc électrique.« -Je ne suis pas fâchée et je n’aurais jamais honte de toi mon chéri. Tu sais ce soir rien ne c’est passé, je n’ai pas pu, c’est toi que j’aime. C’était une terrible erreur, pardonne moi de t’avoir fait souffrir. »Damien se jetât à son cou et la serra intensément.« güvenilir illegal bahis siteleri -Je t’aime aussi maman, je suis content que tu n’ais rien fait avec lui. Il la relâcha et en baissant les yeux il continua.-Si tu veux on a qu’à faire comme si rien ne c’était passé et revenir comme avant. »« -C’est vraiment ce que tu souhaites ? »« -Je préfère ça que te voir malheureuse et t’obliger à faire des choses qui te dégoûte pour me soigner, d’ailleurs je te promets de ne plus rien faire avec tes culottes. »Elisabeth sourit, amusée par la réflexion de son fils. Y avait-il une troisième voie, celle de l’oubli et de la vie d’avant… Elle savait bien que non, la boite de Pandore avait été ouverte et ils avaient déjà été bien trop loin. C’était maintenant que devait être fait son choix.« -Tu sais ça ne me dégoutte pas, au contraire, tu avais raison quand tu as dit que ça me plaisais. C’est seulement que c’est interdit par la société, la morale et c’est dangereux. Si quelqu’un l’apprend, je peux aller en prison. »Damien, dans cette étrange déclaration au revirement inattendu perçut une opportunité. Sa mère venait de lui avouer cette chose incroyable, elle appréciait ce qu’ils faisaient, ces fameux attouchements intimes qu’elle avait réprimés quelques heures auparavant. C’est maintenant ou jamais se dit-il.« -Je comprends, mais si on le dit à personne et si on fait attention. »«- Oui, si on fait attention… »«- Alors, tu voudrais bien continuer ? »«- De toute façon il me semble impossible de faire comme si rien ne c’était passé, et oui j’ai vraiment envie de continuer, mais pas pour te guérir, je suppose que tu as compris tout seul qu’en fait cela faisait l’inverse du but prétendument recherché ? »« -Ha oui, plus on faisait de choses plus j’avais envie de continuer et d’en faire d’autres. »« -Evidemment, je l’ai toujours su tu sais, c’était un prétexte pour moi aussi, pour faire ces choses. »« -Vraiment, alors tu en avais envie toi aussi maman ? »« -Oui j’en avais envie. »« -Et tu veux bien continuer maintenant ? »« – Oui, mais il ne faut en parler à personne ! »« -A personne, bien sûr, c’est promis! Oh maman, rien que d’y penser j’ai le sexe tout dur»Elisabeth sourit, découvrit des draps les jambes de Damien et caressa son sexe à travers son caleçon.« Montre moi tes seins maman, je veux les voir. »L’impétuosité et l’autorité soudaine de son fils stupéfia Elisabeth, par réflexe elle avait failli le réprimander mais la mère irréprochable n’était plus, elle avait fait place à une salope débauchée, telle était dorénavant sa réalité. De plus cette nouvelle attitude chez son fils suscita en elle un échauffement patent. La perspective d’être dominée lui donnait soudain un émoi supplémentaire. C’est surprenant tout de même se dit-elle, moi qui suis une femme si décidée et volontaire, qui aime tout diriger, dans cette situation paradoxale, l’idée d’être soumise m’excite. Elle regarda son fils et se mis à dégrafer son chemisier, au bout du quatrième bouton il s’entrouvrit, laissant apercevoir la rondeur de sa poitrine et la dentelle noire de son soutien-gorge. Elle glissa sa main gauche sous le caleçon et empoigna la tige de Damien et de sa main droite elle écarta légèrement les bords de l’échancrure de son chemisier. Elle le masturba ainsi un moment alors qu’il lorgnait sur ses seins.« -Montre m’en plus maman, fais me les voir en entier. »Elle lâcha son sexe et retira le vêtement, ce qui dévoila en totalité son affriolant soutien-gorge dentelé, puis lentement elle le dégrafa et l’ôta en dissimulant de ses mains l’objet de convoitise de son fils. Enfin avec un regard enjôleur elle découvrit lascivement sa poitrine à la vue de Damien. Elle était éblouissante, en poire bombée, ferme et d’une pâleur seulement rehaussé de quelques veines diaphanes. A la vue de cette splendeur, il avait retiré son slip et démontrait son ravissement par une érection vigoureuse. Elisabeth frôlait de ses ongles la peau opaline de ses seins dont les tétons rosés durcissaient.« Que veux-tu que je fasse maintenant Damien. »« Prends moi vite dans ta bouche et suce ma queue comme l’autre fois, je n’en peux plus de bander maman. »Promptement Elisabeth s’exécuta, enchantée d’accueillir de nouveau cette belle bite sur sa langue humide. Elle le suça habilement si bien qu’il fut rapidement au bord de la jouissance.« Je vais jouir maman ! »Elisabeth s’arrêta aussitôt afin d’accomplir une pulsion subite. Elle saisit le pénis de Damien et tout en continuant de l’activer, le dirigea vers ses seins.« Vas y chéri, jouis moi dessus, jouis sur mes seins, balance ton sperme sur mes nichons. »Ces paroles grossières vinrent à bout de la résistance de Damien et il éjacula sur le corps de sa mère, maculant ses seins, son cou, son visage et ses cheveux de sa semence.« Haaaaaaaaaaaaaaaa, c’est bon, c’est bon. »« Oui jouis, jouis moi partout dessus, jouis sur ta salope de mère ! » Ces mots grossiers lui étaient venus naturellement, comme pour augmenter la perversité et le plaisir qu’elle retirait de cet acte.Des jets incessants venaient s’écraser sur elle, la plupart sur ses seins qui dégoulinaient de sperme, le téton gauche en fût entièrement recouvert. Quand l’éruption cessa, elle le reprit en bouche, en mère aimante et docile.Damien c’était rallongé et semblait s’être assoupi, elle se rendit à la salle de bain afin de se nettoyer. Devant la glace, elle se considéra attentivement, le buste et la tête recouverte de sperme, quelle débauchée elle faisait. Elle étala la semence sur ses seins, son ventre et son visage, elle se lécha les doigts et les lèvres pour apprécier encore le goût du foutre güvenilir bahis şirketleri de son fils, le goût de la luxure. Elle était en feu, elle retira sa jupe et se passa un gant d’eau fraîche sur le corps et le visage, elle essaya de se calmer en se lavant. Elle était propre mais c’était tout, elle enfila sa nuisette et son regard se figea sur l’eau qui coulait du robinet, c’était une vision apaisante et c’est ce dont elle avait besoin. Elle sentit alors un souffle sur sa nuque, Damien l’avait rejointe et il lui embrassait le cou. Elle gémit en se redressant, il posa ses mains sur ses seins et les caressa. C’est la première fois qu’il la touchait dans son intimité, cela l’électrisa. Sans rien dire il continua d’une main à les cajoler alors que de l’autre il la passa sur son ventre, puis lui enserra la taille. Collé contre elle, elle sentait sa bite tendue contre ses fesses, il rebandait déjà et la peau de son gland frôlait la peau de son postérieur seulement orné de la ficelle de son string. Ses baisers étaient brûlants, il les déposait de son épaule au lobe de son oreille, il la léchait même parfois, cela la rendait folle, enfin il lui murmura :« – Montre-moi ta chatte, maman. »Cette demande fit tressaillir Elisabeth de plaisir et de peur, un palier de plus se dit-elle. Elle le regarda au travers du miroir, comme dans un rêve.« – Enlève-moi ma culotte, si tu veux la voir. » Elle se retourna, ils étaient face à face. Damien était pour le moment encore, un peu plus petit qu’elle. Menu et imberbe, il était nu, elle le trouva beau et fragile. Il avait le souffle court, il tremblait. Euphorique elle l’encouragea : « Vas y, enlève moi là. » Il s’agenouilla et tel devant une icone sacrée, contempla ce triangle de tissu dans un recueillement respectueux. Elisabeth le toisait, suspendue à ses mouvements, fébrile et fiévreuse. Avec dextérité il attrapa les bords de son string et lentement les fit glisser le long de ses magnifiques cuisses lisses, assouvissant son vice. Une fois à ses pieds, elle les souleva délicatement un à un pour qu’il la retire. Il la porta à son nez et l’huma profondément, un frisson parcourut Elisabeth. Damien releva la tête et admira le sexe de sa mère. Ce n’était pas une forêt de poils comme il s’y attendait. Plutôt un bosquet triangulaire et bien entretenu d’où émergeait ses lèvres roses vives et brillantes. Une odeur forte et intoxicante s’en dégageait, une odeur enivrante à laquelle il n’avait que jusqu’alors pu apprécier que des ersatz dans les culottes de sa mère. Il ne pouvait résister à un tel parfum, et comme un bourdon vient butiner la fleur, il vint cueillir de sa bouche le nectar de sa mère. Il colla ses lèvres sur sa fente et plongea sa langue entre ses pétales, la pénétrant de son organe buccal. Il la lécha, la lapa, but et dégusta sa mouille qui coulait avec abondance.« -Oh oui mon chéri, lèche moi, lèche moi la chatte. C’est bon continu, enfonce ta langue, plus profond, oui. C’est bon, tu aimes ça lécher ta mère ? Tu aimes me bouffer la fente? »« Oui maman, c’est bon, c’est délicieux, j’en rêvais depuis tellement longtemps. »Elisabeth écarta impudiquement ses cuisses et de deux doigts éloigna ses lèvres vaginales imbibée de cyprine et de salive. « -Allez lèche, lèche moi bien la chatte, maman en a très envie. » Damien se remis aussitôt à l’ouvrage excité de plus belle par les paroles et la posture de sa mère. « Oh si j’avais su que c’était si bon, que tu savais si bien le faire je te l’aurais donné avant mon bébé. Oui, c’est ça suce moi le clito, bois ma mouille, bouffe moi la chatte, elle est à toi, aime là, embrasse la, lèche la, bouffe là. Petit salop, tu sais y faire, haaaaaa, haaaaaaaaaaaaa.» Damien avait saisi les fesses rebondies d’Elisabeth et les poussaient contre son visage, l’enfonçant le plus profondément possible entre ses cuisses. Il léchait, léchait et léchait encore si bien que sa mère eut de multiples orgasmes sous l’effet de sa langue agile et insatiable. Enfin il s’allongea sur le carrelage froid, épuisé, la bouche et la gorge rassasié, maculé et comblé comme la chatte de sa mère. Elle était tombée à genoux, haletante, exaucée et épatée. Elle avait joui comme jamais et souhaitait récompenser son fils. Elle se glissa entre ses jambes et pris sa pine en bouche, elle le suça longuement et il accompagna les mouvements de sa tête avec sa main. Puis elle le branla en lui léchant les couilles, il était toujours allongé sur le sol, une jambe étendue, l’autre repliée, le pied contre sa fesse et le genou en l’air. Alors elle se mit à lui lécher le cul, puis la raie et enfin l’anus. Damien semblait apprécier car il mettait des petits coups à son encontre en gémissant.« -Tu aimes ça que je te branle en te léchant le cul ? »« -Oui, c’est super bon. »« -Alors si ça te plais, je vais continuer à te lécher la rondelle, je vais te bouffer le fion mon amour. »Elisabeth repris sa besogne, le branlant vite et lui léchant le rectum, y enfonçant finalement sa langue, de plus en plus profondément. Dans un hurlement de plaisir Damien atteint un orgasme fulgurant, giclant son foutre sur le sol de la salle de bain, la langue de sa mère planté dans son cul, sa main serrée sur son gland. Elisabeth continua à lécher ses fesses, puis son dos et son cou trempé de sueur, possédée par la passion, elle lécha son visage et enfin ses lèvres. Ils s’embrassèrent, doucement, puis fortement, puis férocement, ils ouvrirent leurs lèvres et mêlèrent leurs langues et leurs salives. Ils s’embrassaient à pleine bouche en caressant leurs corps, leurs torses, les seins, le sexe. Reprenant leur souffle Elisabeth demanda à son fils : « – Es tu satisfait de ta mère ? Est-ce que je te fais suffisamment de bien ? »« -Oh oui, maman, je t’aime et tout ce que tu me fais est si bon.»« Moi aussi je t’aime, et je veux te combler, te satisfaire. Je veux être ta mère, et je veux être ta maitresse. »Ils regagnèrent respectivement leurs chambres, épuisés mais réjoui.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

kartal escort didim escort tuzla escort adapazarı escort adapazarı escort ankara escort escort ankara seks hikayeleri izmir partner escort kartal escort izmir escort antep escort kartal escort maltepe escort pendik escort gaziantep escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis sakarya escort webmaster forum