Weekend Surprise – Chapitre 8

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Creampie

Weekend Surprise – Chapitre 8Weekend Surprise – Chapitre 8Je me trouvais là, immobile devant cette scène surréaliste, Anaïs la femme que j’aimais était à quelques mètres de moi, prise en sandwich par mon ami et mon collègue ….Mes pieds étaient collés littéralement au sol, aucun n’avait remarqué ma présence, trop concentrés sur leur ébats, et Anaïs, hurlait au milieu d’eux …Je ne savais pas quoi faire, des scénarios plus tordus les uns que les autres, allant de la v******e à l’envie de participer cependant je n’arrivais pas à bouger, seule ma main était venue automatiquement dans la poche de mon jean et caressait à travers le tissus mon penis …Les places s’échangeait la sueur et cet odeur si spécial de sexe se mêlaient et moi toujours immobiles je me découvrait une âme de candauliste. Cependant j’étais en colère et pas qu’un peu … Ma main continuait à me frotter quand une idée me vient. Je sortie mon téléphone et entrepris d’effectuer plusieurs clichés et une bonne vidéo à leur insu …Je constatait que Tristan fut le premier a se fatiguer tandis que Tom continuait son travail de bourrin sur Anaïs qui n’en demandait pas tant, Tristan vint vers la tête d’Anais quand celle ci entama une fellation, de son côté Tom explorait les plaisirs de la sodomie sur ce corps si parfait …Écœuré et mélangé de mes sentiments contradictoires, je partit dans le même silence, mon téléphone comportant désormais des preuves dont je ne savais pas encore l’utilité.Je rentrais à la maison tel un zombie et tomba sur Cécile. Dans toute cette histoire je l’avais oublié, je me rappelais maintenant comment tous ceci était arrivé et je pouvais déjà me venger de Tristan, une chose à la fois.- Alors qu’est ce que tu as vu ? Tu as pu le retrouver ?Pour toute réponse je lui tendit mon téléphone et la laissa constaté elle même la nature des dégâts …- Écoutes je suis désolé, finit elle par dire, je savais du moins je présumait que Tristan me trompait et je m’y était préparée, mais Anaïs … Je suis navrée.Elle me prit dans ses petits bras, la tête dans ses cheveux, je me laissais tomber, elle me guida jusqu’à ma propre chambre et m’allongea sur mon lit, – Sur ce qu’on avait parlé, j’en serais ravi mais avec les nouvelles circonstances, je comprendrait que tu annules ta parole, je ne t’en voudrais pas.Elle se leva et allait partir quand je la retins par le bras.- Allonge toi près de moi, juste allonge toi. Elle enlevât ses vêtements et vint en sous vêtements se caler contre moi. A ce moment la je la regarda réellement, c’était une belle femme, pas du même genre qu’anais, pas aussi voluptueuse mais elle avait ce truc que l’on explique pas, que l’on nomme charme parfois, mais qui peut vraiment faire bahis firmaları craquer quelqu’un.Elle se mît en cuillère son dos sur mon torse et prit mon bras pour mieux se lover contre moi.Ses fesses venait presser mon entrejambe qui pour une fois n’était par réactif, mais l’essentiel était ailleurs. Je lui caressait lentement l’avant bras avec le bout de mes doigts et petits à petits mes caresses se faisaient plus longues. Je me permettait d’explorer un petit peu plus à chaque fois. Je la sentais électrisé sous mes caresses elle en voulait plus c’était évident. Et à ce moment la j’avais envie non pas de la baiser, mais de lui faire l’amour.Je la retournais sur le dos et la rejoignit en sous vêtement, je vint me caler à côté d’elle et lui déposa un tendre baiser sur les lèvres puis dans le cou, ma main commença à descendre, je lui faisait mon numéro, le vrai, ma main descendit tout d’abord sur son ventre, puis contourna par la hanche pour passer sur la jambe, et descendre au niveau du pied gauche, de la j’entamais la jambe droite du bout du pied en remontant par l’intérieur de la cuisse, arrivant proche de son intimité je sentis une chaleur s’en dégager, mes caresses fonctionnaient sur elle indubitablement.Mais comme pour mieux la frustrer, j’esquivai son intimité en l’effleurant du bout des doigts pour remonté vers son ventre, puis sa poitrine je lui enleva son soutien gorge, quand sa main vint se poser sur mon boxer,- pas tout de suite, lui soufflait je dans l’oreille en même temps que je mis à jour sa poitrine, mes mains lui massait les seins délicatement et elle ne pouvais s’empêcher de tenter d’effleurer mon penis du bout des doigts, c’est alors que je commença à jouer de ma bouche, mes baisers descendirent pour arriver sur ses seins, tendre d’abord puis des succions et du mordillage léger de ses pointes me prouvait son excitation. Je descendait alors vers son nombril puis posa mes mains sur ses hanches et lui retira délicatement sa culotte, elle était la offerte à moi, je remonta ses jambes par ses pieds, par de léger baisers tendres, en direction de son intimité, elle trépignait d’impatience, arrive à mi cuisse, je commença à souffler légèrement vers ses lèvres luisantes, annonçant mon arrivée proche, puis je posa mes lèvres sur son intimité, ma langue fouillant le moindre recoin puis écartant les chaires vint se poser sur son clitoris, de ma main gauche je retirais tout obstacle et pinçait légèrement afin que le bouton se trouve à ma merci.Des petits cercles, des succions, puis des petits souffle dessus, je la mettait à la torture de mes préliminaires, et elle aimait cela. Cependant ce n’était que le début.Un doigt puis deux et enfin trois, ils entrèrent incroyablement kaçak iddaa facilement, ma main droite faisait des va et viens, tentant d’atteindre le but précis, toujours plus profond, ils dépassèrent l’utérus pour atteindre cette boule si spéciale, de la plus qu’un seul doigt comptais les autres stabilisaient.Le massage du point G accompagné des caresses de la langue faite au clitoris, Cécile perdit littéralement pied, des hurlements tel qu’on pu croire qu’elle en souffrait après de longue et interminable minutes elle finit par pousser de soute ses forces de ses jambes pour m’expulser.Elle s’échoua sur le lit, le souffle proche de l’apnée, je remonta vers elle et lui demandât si elle allait bien,- j’ai cru que j’allais avoir une attaque ! Comment as tu fais ça ?!- Quoi tu as jamais eu d’orgasme ? Je riais à moitié en lui demandant cela.- Bah je pensais que si pourtant mais à vrai dire jamais comme ça donc non … Putain quel pied ! Elle venait de hurler cette dernière phrase, qu’il était loin le temps ou la voyant elle me semblait vierge.- Et sinon, on peut commencer ? Ou l’amuse gueule te suffit ? Elle semblait heureuse, à nous voir on avais de la peine à imaginer que l’on venait de découvrir une heure plus tôt que nos conjoints nous avait trompé.J’enlevais mon caleçon et vint me positionné sur elle, j’effleurait son intimité, elle fut pris de frisson, elle souffrait de l’hypersensibilité d’après orgasme, j’avais bien bossé donc elle allait aimé.Je la prit dans tout les sens possibles, tendrement et fougueusement, l’avantage des longues préliminaires est de s’habitué à l’excitation et mieux la gérer durant le coït, ce fut long et n’étant pas sportive, ce fut Cécile qui hissa le d****au blanc la première.Elle s’allongea près de moi admirative de mon endurance, c’est toujours un moment plaisant que d’être flatté à ce niveau la, car n’importe qui peut être bon, l’apparence ne veut rien dire du grand sportif au mec chétif quiconque peut être doué tant qu’il apprends à écouter le corps de l’autre, un corps parle beaucoup durant des ébats, il suffit de l’écouter. Cécile vint se poser la tête sur mon épaule et me caressant l’entrejambe elle discuta.- Je vois que tu n’as pas … Fini …- Non loin de la, mais c’est une question de point de vue, si tu as prit ton pied, c’est déjà une victoire donc en soit j’ai fini.- Et bin c’est le cas, maintenant … Il y a quand même quelque chose … Que je n’ose pas te demander … Oublie ça …- Cecile, on vient de coucher ensemble, de quoi as tu peur ???- Bah en fait je suis curieuse d’une chose que les mecs affectionnent, mais Tristan n’a jamais voulu, question de respect selon lui, étant la mère de ses enfants et bla bla bla …- kaçak bahis Ce qu’on a parlé la dernière fois ? Elle me fit oui de la tête, je la rassura et la fit se mettre sur le ventre, je sorti de ma table de chevet un flacon de lubrifiant, j’en étala sur mon doigt et l’entrée de son anus.- Je vais y aller tout doucement cela peut faire mal la première fois, si tu n’aimes pas ou que tu veuilles arrêter tu me le dis d’accord ??Elle me dit oui de la tête, et j’entra une phalange, elle se crispa, je lui dit de se détendre et petit à petit, je m’enfonçais davantage, elle ne prenais pas de plaisir je le voyais, elle soufflait, saccadés, mais malgré mes demandes elle souhaitait que je continue, je finit de lui rentrer le doigt et attendait quelques instant qu’elle s’y habitue,Elle commença à se détendre et me demanda d’elle même de la pénétrer vraiment … Je lui confit mes craintes qu’elle balaya d’un revers de main.Je me positionna donc derrière elle. Et commença doucement à presser contre son œillet. Je m’arrêtais une première fois une fois le gland passé. Elle soufflait et se concentrait pour ne pas crier, de mon côté je m’en sentait mal d’autant plus que la situation me donnais une érection encore plus imposante donc encore plus douloureuse pour elle. La complexité des hommes …Petit à petit je rentrais en elle, jusqu’à m’y retrouver entièrement, je pris une longue pose, je ne sais pas combien de temps cela a durer.- Si tu souhaites que je me retire tu le dit,- non ça va aller, dit elle crispé, je veux allez jusqu’au bout,Je commença donc les vas et vient le plus tendrement possible, ce qui n’était pas sans douleur pour Cécile, elle gémissait de douleur et je voulais arrêter mais elle me demandais de continuer.L’affaire dura, j’y allait un petit peu plus fort à chaque fois que je l’entendais moins, gémir, je n’y prenais pas forcément du plaisir, j’étais concentré sur l’envie de ne pas lui faire trop mal, à tel point qu’elle me parla, sans que je l’entende.- pardon ? Lui fis je répéter.- Plus fort ! Elle me dit … Je me portais à son visage et commençait à y déceler des traces de plaisir, cela me revigora, j’accélérais jusqu’à sentir qu’elle ne pouvait pas aller plus loin, puis d’elle même elle bougeait plus s’enfonçant plus, ses gémissements devenaient plus bruyant et moins douloureux si tant et si bien qu’elle finit par ne plus avoir mal et hurla de plaisir.J’en croyait pas mes oreilles, pour une femme qui n’avait jamais fait cela, elle semblait déjà accroc !Je ne pût me retenir plus je finit à grands coups de reins de la dominer, elle n’était plus qu’un objet à mon désir, je finit par m’écrouler à ses côtés vider de mes dernières forces …Elle se mît à rire aux éclats, m’expliquant ses sensations contradictoires, elle n’avait jamais ressenti cela, elle avait mal mais en même temps elle avait du plaisir,Nous restames tout les deux un instant collé les a l’autre riant de notre plaisir.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

kartal escort didim escort tuzla escort adapazarı escort adapazarı escort ankara escort escort ankara seks hikayeleri izmir partner escort kartal escort izmir escort antep escort kartal escort maltepe escort pendik escort gaziantep escort bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis sakarya escort webmaster forum